J’ai une masse sur un rein

34 ans. En couple. Jeune père de famille. À la tête d’une entreprise. Et la nouvelle tombe…

Je m’appelle Maxime. J’ai 34 ans. Je suis en couple. Je suis père de famille. Je suis à la tête d’une entreprise. Mais ce n’est pas à moi qu’on annonce cette nouvelle. C’est à mon ami Alex.

Je connais Alex depuis secondaire 2. On s’est lié d’amitié lors d’un voyage scolaire à Toronto. Par la suite, on ne s’est jamais perdu de vue. Le secondaire, le sport, le cégep, la business… tout nous unit.

En ce matin de septembre 2017, nous nous préparons à quitter après un brunch chez Alex. Alors que je termine d’attacher mon fils dans son banc d’auto, Alex me lance la bombe: « J’ai une masse sur un rein ».

Un peu de contexte

Alex vient de reprendre l’entreprise familiale fondée par son père. Probablement son plus gros move en carrière. Il a de la pression. Il se doit de réussir. Ça fait déjà quelques années qu’il y pensait. Et après avoir acquis l’entreprise, il a décidé de faire un bilan de santé dans une clinique privée. Ça aussi ça faisait des années qu’il y pensait. Pour avoir une entreprise forte, ça prend un dirigeant fort.

Et la nouvelle est tombée comme une tonne de briques…

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’Alex n’a qu’un seul rein, résultat d’un problème survenu peu de temps après sa naissance. C’est la seule partie du corps qui lui manque… et c’est évidemment celle qui est attaquée.

Dans son stationnement

« Quoi ? What the fuck ? »

Mon cœur arrête. Je ne comprends pas. Je suis sur mon départ et il me lance la nouvelle bien maladroitement. À y repenser, le brunch qui avait été tellement plaisant pour nous a dû se résumer pour lui en une série de « j’lui dis-tu ? » ou de « est-ce le moment ? ».

Alex me dit qu’il aura un scan la semaine suivante. On en saura plus à ce moment-là.

J’essaie de l’encourager à coup de « ça va bien aller », « je suis pas inquiet pour toi », « t’es fort » et autres phrases vides qui me viennent en tête.

C’est un départ

Le scan a lieu. Les résultats sont sur un CD. Alex prend rendez-vous avec un des top chirurgiens à Montréal. On lui conseille de venir accompagné… au cas.

Il ne me l’a jamais dit officiellement, mais ça lui a pris tout son courage pour me téléphoner et me demander de l’accompagner le lendemain pour son rendez-vous. Je le sais, car il m’a rappelé 2 fois le soir même pour me dire de laisser faire.

À ce moment, j’essayais d’avoir une rencontre depuis plusieurs mois avec un gros client. La rencontre était organisée depuis plusieurs semaines après des mois d’attente parce que le client repoussait constamment. La rencontre devait avoir lieu en même temps que le rendez-vous, dans environ 12h. Sans hésitation, j’annule le meeting via un bref courriel. Le genre de one liner détaché que tu envoies pour perdre un client…

En l’espace d’un appel, ce client n’avait soudainement plus d’importance à mes yeux.

Être positif

Dans les derniers mois, j’ai beaucoup cheminé sur le plan personnel. J’ai réalisé l’impact que peuvent avoir sur les autres notre façon de nous comporter et notre énergie. Je ne crois pas qu’être positif peut changer le résultat final. Par contre, je suis persuadé que ça changera la façon dont les événements seront vécus ou perçus.

Ma quête débute…

La quête d’un ami qui veut offrir du soutien. Celle d’un ami qui veut tout faire pour rendre le moment le moins désagréable possible.

Je commence à inonder Alex de textos, d’images et de chansons remplis de positivisme pour lui faire comprendre qu’on est des guerriers, qu’on s’en va à la guerre et qu’on va gagner.

Dit comme ça, ça peut avoir l’air quétaine… j’en conviens. Mais j’ai créé un build up, une histoire progressive dont Alex est le héros. N’ayant rien à perdre, Alex embarque et se perçoit comme un gladiateur qui doit tout donner pour sauver sa vie.

Le dilemme

Après plusieurs scans sans résultats concluants, Alex est mis devant un dilemme important: vivre avec la masse ou la faire enlever.

Dans la présente situation, rien n’est noir ou blanc. Si une biopsie est faite, ça pourrait aggraver son cas si la masse est maligne. Si la biopsie révèle une masse bénigne, il y a 20% des chances que le résultat ne soit pas valide.

Quand on a 20% des chances de gagner un tirage, on trouve que c’est peu. Quand on a 20% des chances d’avoir le cancer, c’est pratiquement comme si on l’avait.

Et c’est encore moins rassurant quand on n’a qu’un rein.

Le chirurgien d’Alex décide d’en parler à 4 autres collègues. Des sommités. Les 2 premiers sont catégoriques: « Parce qu’il est jeune, en bonne forme physique et en santé, on ne touche à rien et on fait des suivis constants ». Les deux autres, eux aussi, sont catégoriques : « Parce qu’il est jeune, en bonne forme physique et en santé, on enlève la masse sur le rein. »

Sans être médecin et n’ayant aucune référence en la matière, Alex devra trancher: garder ou enlever la masse ?

Comme si ce n’était pas assez

Alors qu’il vit assurément les moments les plus difficiles de sa vie, il reçoit une nouvelle qui l’ébranlera davantage: un cancer du sein vient d’être diagnostiqué chez sa mère. Le cancer est avancé et agressif.

Quand j’apprends la nouvelle, je suis également dévasté. J’agis depuis plusieurs semaines à titre de soutien moral pour aider mon ami. Je craque. Je ne sais plus quoi faire. J’essaie d’être positif, de lui trouver une lueur d’espoir, de lui dire « tu es fort, ça va bien aller, je ne suis pas inquiet »… mais même moi j’ai de la difficulté à y croire.

Et si moi je n’y crois pas, comment vais-je faire pour l’aider ? Je me ressaisis et garde le focus sur la prochaine étape uniquement : prendre la décision d’enlever ou conserver la masse.

Après très peu de discussion, Alex décide d’enlever la masse.

L’opération aura lieu dans une semaine et demi. La convalescence durera 6 à 8 semaines où Alex ne pourra rien faire. On oublie les meetings, les appels ou même les courriels. Il a une semaine et demi pour tout déléguer à son équipe avant de passer sous le bistouri.

Le grand Jour

Il y a exactement 1 an, le 6 novembre 2017, je me présentais avec Alex et sa conjointe pour l’opération. Pour performer dans son travail, Alex s’assure de toujours être bien habillé pour se sentir au top. En gladiateur positif, il s’est pointé à l’hôpital vêtu d’une chemise et d’un veston. La chemise avait été acheté la veille… pour l’occasion. Mes tactiques mentales avaient porté fruit.

Quelques heures plus tard, l’opération était un succès. Tout s’était bien déroulé. Il ne restait plus qu’à attendre 6 semaines pour que le temps fasse son œuvre.

Après environ 2 semaines de convalescence, Alex me texte: « J’ai reçu le rapport de ma tumeur tantôt et c’était effectivement un cancer. »

Wow!

Quand Alex a appris qu’il avait le cancer, il ne l’avait déjà plus.

Un an plus tard

Un an plus tard, Alex se porte à merveille! Cette histoire nous aura énormément rapproché et m’aura permis de vivre des moments intenses avec lui et sa famille.

Je suis maintenant copropriétaire d’une entreprise d’investissement avec lui, je suis devenu le parrain de son fils Thomas, il m’a initié au golf, nos enfants sont devenus amis et on profite davantage des occasions que la vie nous offre!

La semaine prochaine, nous irons souper au resto pour célébrer le tout.

Au final, cet événement négatif n’aura apporté que de positif dans nos vies! Je me sens choyé d’avoir été choisi pour être à ses côtés.

À propos de l'auteur

Maxime Jobin

Maxime Jobin est un entrepreneur, un programmeur, un stratège technologique, un chargé de cours et un passionné de WordPress. Il aime partager ses connaissances et permettre aux entreprises de devenir plus productives et réduire leurs coûts d'exploitation grâce aux technologies.

18 commentaires

  • Mon très cher Maxime. Si tu n’étais pas dans nos vies il faudrait t’inventer. Toute une saga que nous avons vécue. Mais heureusement avec des amis comme toi, avec une sensibilité et une telle logique, on se sent appuyé et réconforté. Toi aussi tu es un gladiateur. Merci d’être dans nos vies. Je te souhaite que le meilleur car tu le mérites.

  • WoW quel beau texte Alexandre est mon cousin même si on ne se voit pas souvent Je sais que c’est un homme et père extraordinaire et je suis certaine qu’il sait qu’elle chance il a avoir un ami comme toi !!! C’est ça la vrai amitié c’est beau de voir ca ❤️

  • WoW, quel beau texte. Des gens comme toi tout le monde en a besoin dans sa vie. Je connais Sylvie et Alex. Voisine de jeunesse. Ce texte m’a ébranlé!!! Comme quoi même, les meilleures personnes peuvent être touché par la maladie. Je me sens très rassurée de savoir que tout le monde a l’air de mieux aller. Bisous à vous tous!!!

  • J’avais suivi les évènements depuis beaucoup plus loin, c’est un récit super inspirant. Alex est chanceux de t’avoir à ses cotés.

  • WoW! Quel magnifique texte! Bravo pour cette amitié si solide. Très très heureuse pour la finale de cette expérience de vie. Quand on est fort et positif, cela rapporte au final. Bravo encore!

  • Je suis la tante de Marie, donc par alliance, d’Alex! Je les trouvais très courageux, positifs et sereins dans toute cette saga! Cela s’explique: ils ont des amis extraordinaires qui ont su les entourer dans ce moment éprouvant de leur vie! C’est dans de tels moments qu’on reconnaît les véritables amis! Bravo Maxime d’avoir partagé cette expérience avec nous! Tu nous rappelles l’importance des amis dans nos vies! Marie et Alex sont tellement de belles personnes, c’est un privilège de faire partie de leur cercle d’amis et…..de leur famille! D’ailleurs je peux dire que leurs parents ont été aussi très présents et les ont bien entourés dans cette douloureuse expérience! Alex et Marie, cette année est derrière, on va en avant … avec vous!

  • Maxime, ton texte m’a fait pleurer. Il y a beaucoup de détails que je ne connaissais pas, et que je n’aurais même pas pu imaginer. J’ai vécu leur histoire de loin (je demeure en Ontario), en prenant continuellement des nouvelles d’Alex, de sa petite famille (et de sa mère) auprès de ma soeur, qui se trouve être la mamie des enfants d’Alex et Marie. Toute la famille était profondémment inquiète pour lui et pour toute sa famille, et ce fut un soulagement incroyable d’apprendre que tout avait bien été pour lui. Un an, déjà! Comme le temps passe vite! Je lève mon verre à Alex et à toi, son ami, l’amitié n’a pas de prix! France

  • Merci Mélissa de nous avoir partager ce beau texte.
    Wow! Quel message! Ça fait du bien de lire qu’il existe encore dans ce monde de tourbillon des amitiés aussi sincères entre deux amis de longue date.
    Bonne continuité à ton frère Alex et toute ma reconnaissance à Maxime pour l’accompagnement de ton ami dans cette épreuve de la vie.

  • Ton texte est très inspirant et remplit d’emotions, Max! Je suis très touché par c’que vous avez vécu et ca me rappelle de l’importance de vivre chaque moment pleinement sans se dire des phrase comme « c’est plate, la fds et fini, demain c’est lundi encore » . Embrace life and every moment of it! Alex, je te souhaite une longue vie en santé remplie de bonheur et que l’entrepreneur en toi s’émancipe.